Skip to main content

Un film de Kôji Fukada

Avec Kaho Tsuchimura, Shosei Uno, Win Morisaki, etc.

Actuellement au cinéma.

Romance | Japon | 2h04

Tsuji a décidé d’oublier définitivement Ukiyo et de se fiancer avec sa collègue de bureau. Ukiyo, quant à elle, ne se défait pas du souvenir de Tsuji… mais cette fois, c’est lui qui a disparu.

La deuxième partie du diptyque après Suis-moi je te fuis.

Notre critique de la première partie

Après Suis-moi je te fuis, nous retrouvons Tsuji, Ukiyo et leurs nombreux satellites amoureux dans une course-poursuite vers le bonheur qui promet des rebondissements jusqu’à la ligne d’arrivée. L’amour, le vrai, saura-t-il grimper en haut du podium ?

Tsuji, Ukiyo ou le tourbillon de la vie

« On s’est connu, on s’est reconnu / On s’est perdu de vue, on s’est r’perdu d’vue » : telle Jeanne Moreau dans Jules et Jim, Ukiyo apparaît et disparaît, avec son « visage pâle de femme fatale », dans Suis-moi je te fuis, premier épisode du diptyque amoureux signé Kôji Fukada. Au début de Fuis-moi je te suis, second volet en salles le 18 mai, on pourrait dire que « chacun pour soi est reparti dans l’tourbillon de la vie ». Après avoir été fulguré par l’étoile filante Ukiyo – et avoir collectionné les brûlures – Tsuji tente de ressaisir les rênes de son existence. Cette fois-ci, il va bien faire, il veut bien faire. Mais l’amour et le bon sens empruntent rarement les mêmes chemins. Et c’est précisément à ce moment-là qu’Ukiyo décide de refaire son apparition…

fuis-moi je te suis koji fukada

Cherchez les femmes

Comme dans les romans de Tanizaki (L’éloge de l’ombre, L’amour d’un idiot, etc.) , trois femmes-type s’opposent. D’un côté, on a la moda (“modern girl”) au passé trouble et au charme fatal. Elle a vécu plus de choses que vous et finira probablement par vous dévorer. De l’autre côté du spectre, il y a la femme traditionnelle, effacée, disciplinée, parfaite épouse et ménagère en puissance. Enfin, entre-deux aussi souhaitable que parfaitement tiède, on retrouve la femme équilibrée, dans l’air du temps mais sans zones d’ombre. Comme une balle dans un pachinko affolé, Tsuji bute contre l’une ou l’autre : Ukiyo la mystérieuse, Hosokawa la valeur sûre, Minako la jeune amoureuse. Laquelle choisir ? Quand il cherche à éliminer un par un les éléments superflus dans la grande équation amoureuse de sa vie, le compte n’y est plus et le pachinko se rebelle. Car si chacune d’entre elles représente un modèle de femme, aucune n’est une femme modèle !

Les hommes de ma vie

Quant à elle, Ukiyo est à son tour un astre qui collectionne les satellites – ou les météorites en voie de collision. Le mari déchu, désespéré et désespérant. Daisuke, l’ex-amant suicidaire. Wakita, la menace yakuza. Tous sont conscients du pouvoir engluant d’Ukiyo, de la dangerosité du tourbillon qu’elle représente. Et tous y sont fatalement attirés, comme les papillons de nuits foncent contre la lumière fatale des lampions. Mais à quel championnat jouent-ils ? Que faut-il pour devenir l’élu du cœur de l’indéchiffrable Ukiyo ?

fuis-moi je te suis

L’amour a-t-il un prix ?

Car c’est là que se concentrent les grands questionnements de Kôji Fukada et de Fuis-moi, je te suis. L’amour a-t-il un prix et notre “pouvoir d’achat” en est-il un témoin fiable ? Au fil de ce diptyque cinématographique, en effet, c’est à travers un ballet de dettes – impayées ou essuyées, réelles ou symboliques – que l’amour semble progresser et prendre du terrain. Aussi, le réalisateur s’interroge autour du besoin et du mérite amoureux. Doit-on aimer celles et ceux qui en ont besoin ou celles et ceux qui le méritent ? En tâchant de répondre à ce dilemme, Ukiyo et Tsuji inaugurent un monumental jeu de chaises musicales où, à peine posé, il faut immédiatement repartir. Et où, fatalement, quelques cœurs malheureux se retrouveront debout et déboussolés. Rendez-vous dans les salles dès le 18 mai pour connaître la clé de l’énigme – celle qui relie Tsuji à Ukiyo et, qui sait, celle qui dicte les lois de l’amour aussi… 

EDG.

fuis-moi je te suis film