Keigo Higashino, Le nouveau, Actes Sud.

Traduit du japonais par Sophie Refle

14.5 x 24 cm

320 pages

ACHETER LE LIVRE

Meurtre au cœur du vieux Tokyo

Prenez le flair sans égal d’un Sherlock Holmes. Oubliez le deerstalker et la loupe. Choisissez plutôt une tenue paresseuse digne d’un casual friday. Remplacez la pipe iconique par une gaufre fourrée au wasabi. Vous obtiendrez le commissaire adjoint Kaga, le héros discret du polar de Le Nouveau de Keigo Higashino (Actes Noirs), dans les librairies et dans notre boutique 100% Japon à partir du 2 juin.

Kaga Kyōichirō vient d’être muté au commissariat de Nihonbashi, un quartier de Tokyo comme on n’en voit plus. Petites échoppes, vie de quartier, la vie de chacun sous les yeux de tout le monde… C’est ici qu’une femme d’une quarantaine d’année a été assassinée.

Une enquête, ce n’est après tout que du porte-à-porte. D’une boutique à l’autre, c’est avant tout le portrait d’une ville en voie de disparition que Keigo Higashino nous offre. Sans oublier les frissons et le souffle coupé, bien évidemment.

 

Un polar pas comme les autres

On reconnaît un maître à sa capacité de magnifier les genres en les bouleversant. Keigo Higashino (Osaka, 1958) est l’un des prophètes du polar contemporain nippon. Plébiscité par le public, il a été récompensé par de nombreux prix littéraires, dont le prestigieux prix Edogawa Ranpo.

Avec Le Nouveau, Higashino semble flirter avec toutes les catégories romanesques – sauf le polar ! Fresque chorale, roman de formation, light novel… Notre auteur semble délaisser les règles de “son” genre pour aller batifoler ailleurs. Et c’est une idée de génie !

Au lieu de bâtir la tension en enracinant son récit sur la victime, sur le crime et sur la construction du suspens, Higashino les délaisse complètement jusqu’à la moitié du roman. Il flâne littéralement à travers son commissaire Kaga d’un témoin à l’autre, d’une histoire de vie à l’autre, d’une ruelle à l’autre.

 

La vraie victime n’est pas nécessairement celle que l’on croit

L’histoire se fragmente et se multiplie, les destins se mêlent, les détails les plus banals du quotidien tissent l’air de rien les grands motifs qui mènent au crime. Les témoins deviennent des suspects, les suspects deviennent des victimes, la victime devient doucement le personnage principal.

Avec finesse, Higashino bâtit une cartographie intime et spatiale et fait voyager le lecteur à travers les ruelles de Tokyo et les méandres intérieurs de ses habitants. Et réussit le pari d’offrir un polar qui ne cède pas aux sirènes de la cruauté mais se révèle empathique, tendre et très humain.

 

(edg)