boutique-hanabi-japon

BOUTIQUE

Produits dérivés Livres CONDITIONS DE LIVRAISON :

Les colis sont expédiés le mardi et le vendredi
Films

Produits dérivés culturels japonais en ligne

Les boutiques en ligne de produits dérivés culturels japonais abondent. Manekineko, Daruma et Koinobori se classent en tête des ventes, parmi un large choix de créations venues du Levant. Mais que sont ces objets typiques du folklore japonais et de ses coutumes et traditions ? D’où viennent-ils ? Et quelle est leur signification ? Nous vous donnons quelques explications pour acheter cesarticles iconiques de la culture japonaise en France.

Le Manekineko, la bonne fortune 

Vous le voyez dans toutes les boutiques japonaises et sur tous les comptoirs de restaurants. Il est aussi très présent chez les Japonais dans leur habitation. Le chat à la patte levée le plus célèbre du Japon, manekineko (招き猫 en japonais), est un porte-bonheur convoquant chance et prospérité.

Maneki vient du verbe maneku, « inviter ou saluer » en japonais et de neko, le « chat ». Ce chat invite les clients en agitant sa patte gauche alors que sa patte droite attire l’argent. Pourquoi un chat ? Parce que dans le folklore japonais, les petits félins apportent heureuse fortune et protection

Traditionnellement en céramique ou en porcelaine, cette statue remonterait à la période Edo. Ses origines exactes sont floues et entourées de nombreuses légendes. L’une des premières représentations connue est celle d’une estampe d’Utagawa Hiroshige datant de 1852. 

Différentes couleurs existent avec des pouvoirs différents :

  • Maneki-neko blanc favorise le bonheur
  • Maneki-nekonoir éloigne les mauvais esprits
  • Maneki-neko rouge prend soin de votre santé
  • Maneki-neko doré attire richesse et prospérité
  • Maneki-neko rose pour la chance en amour 
  • Maneki-neko bleu encourage la réussite scolaire
  • Maneki-neko vert est le gardien de l’harmonie familiale

Le koinobori, la carpe persévérante

Ces carpes koï volantes flottent au vent dans tout le Japon à l’occasion de la Fête des enfants et plus particulièrement des garçons, “Tango no sekku”, le 5 mai. En papier ou en tissu, ces banderoles colorées ornent, par dizaines, centaines voire par milliers les paysages nippons. 

La légende raconte qu’une carpe a jadis remonté une cascade jusqu’au ciel où elle se transforma en dragon. Assurément, en nageant à contre-courant, la carpe symbolise la force et la persévérance qu’il faut aux petits pour avancer dans la vie.

La tradition des koinobori remonterait à l’époque d’Edo et reste enracinée depuis dans le Japon contemporain. 

Le daruma, moine à voeux 

Autre porte-bonheur traditionnel japonais, le daruma est une poupée reconnaissable à ses grands yeux ronds et à sa silhouette bombée, drapée d’une robe rouge en référence au moine bouddhiste Bodhidharma qu’elle incarne. 

Cette forme arrondie évoque également la persévérance. En effet, une poupée de Daruma se relève toujours, par un jeu d’équilibre. 

Traditionnellement en papier mâché, cette figurine serait apparue au XVIIe siècle au temple Shorinzan Daruma-ji de Takasaki, ville où le daruma artisanal continue d’être largement produit et vendu. 

Pourquoi le daruma a les yeux vides ? Pour dessiner une pupille dans le premier œil en faisant un vœu, puis l’autre si celui-ci se réalise.

Il existe une multitude de variantes régionales, de couleurs, d’expressions et de styles. Si le Daruma rouge, couleur des habits des moines, porte-bonheur et protectrice, est la plus répandue, différents teintes répondent à des souhaits différents :

  • Rouge : chance et fortune
  • Blanc : pureté et équilibre
  • Doré : prospérité et succès
  • Noir : chasse les mauvais esprits.
  • Vert : santé et vitalité
  • Orange : réussite scolaire ou prospérité
  • Bleu : réussite professionnelle
  • Pourpre : bien-être
  • Rose : succès en amour 

Hanabi, c’est une boutique japonaise en ligne et un vidéo club japonais pour partager la culture japonaise et le meilleur de sa création toute l’année.

Cinéma

Nos critiques des films japonais sortis en salles

Vidéo-Club

Notre sélection des meilleurs films japonais

Art

Nos chroniques culturelles

Suivez-nous