Immersion Japon
26 Août-08 Septembre

PROLONGATIONS JUSQU’AU DIMANCHE 13 SEPTEMBRE

 Accédez gratuitement à notre vidéo-club de films japonais

 

 Si vous assistez à une séance de DANS UN JARDIN QU’ON DIRAIT ÉTERNEL au cinéma entre le mercredi 26 août et le dimanche 13 septembre, Hanabi vous offre un accès gratuit à son vidéo-club !

 

Pour cela, inscrivez-vous à notre newsletter qui vous enverra les instructions afin de recevoir des codes d’accès. Ceux-ci vous permettront de regarder gratuitement les films présents sur notre vidéo-club pendant une semaine.

 

🎆 Hanabi | Le Japon nous fait du bien

Facebook : https://bit.ly/Hanabi_Facebook

Youtube : https://bit.ly/Hanabi_Youtube

Instagram : https://bit.ly/Hanabi_Insta

Twitter : https://bit.ly/Hanabi_Twitter

Pinterest : https://bit.ly/Hanabi_Pinterest

 

 

Toute la toile savoure déjà DANS UN JARDIN QU’ON DIRAIT ÉTERNEL.

 

« On voudrait découvrir les films précédents de ce réalisateur, inconnu chez nous, qui raconte avec élégance, humour et gravité un itinéraire d’émerveillement. » L’Avant-Scène Cinéma

« C’est un film lumineux, plein de symboles sur le temps qui passe et la nature qui se renouvelle. » « Un film qui suspend le temps. » Japon Cinéma

« Le film de Tatsushi Ōmori est une ode à l’instant présent, à vivre chaque moment pleinement. » Le bleu du miroir

« Un film parfait, serein, joyeux, parfois même franchement drôle, une espèce de chef d’œuvre dû à l’immense talent de Tatsushi Ōmori. » Gone Hollywood

« Dans ce monde effréné où l’on est sans cesse sollicité, le nouveau film de Tatsushi Ōmori est une respiration bienvenue, élégamment rythmée par les saisons. » Shunrize

« Un long-métrage qui parvient à s’extirper du tout-venant par son savoir-faire artisanal témoignant d’un vrai soin. » Furyosa

« DANS UN JARDIN QU’ON DIRAIT ÉTERNEL va à contre-courant et se rapproche des films livrant non seulement de superbes plans mais aussi une manière d’amener les spectateurs sur le sens réel de la vie. » Mulderville

« Un film doux et poétique qui met en lumière une tradition japonaise hautement codifiée » Nautiljon

« Un conte de printemps, d’été, d’automne et d’hiver, une fresque poétique sur les « grandes chaleurs » et les « petits froids » » . Pluz ou moins

« Plus qu’un récit initiatique de transmission entre générations, ce film apprend à mettre des suppléments d’âme dans nos actes, pour atteindre à une plus grande liberté. » Planète Cinéphile

« Tatsushi Omori nous revient avec un film empli de sagesse et de spiritualité » Kinotayo